Articles

L'hôpital n'a pas vocation à héberger !

Provocation ou évidence ? Il semble que ce soit vrai. Loin de l'histoire des hospices et de leurs débuts au Xème siècle, acceuillant indigents et soignant les pauvres, tenus par des religieuses et laboratoires des premières prises en charge sanitaires au plus ou moins long cours, il semble que l'hôpital moderne arrive aux limites de sa faculté à héberger des patients, quel que soit leur âge et leur morbidité.N'en déplaise aux cliniques, secteur ex-OQN, qui faut-il le rappeler créent une partir de leur valeur économique, encore que l'hôpital public dont les GHS incluent en plus la rémunération des médecins et opérateurs, sur l'hébergement et l'encadrement paramédical.Dans ce contexte, l'hôtel hospitalier est-il le Graal ? La réponse est loin d'étre évidente. S'il est vrai que la valeur ajoutée du concept en SSR peut être incontestable, en particulier sur des établissements dont l'attractivité est supra-locale, il semble plus difficilement actable…

L'hôtel hospitalier va-t'il vraiment booster l'ambulatoire ?

La question n'est pas anodine. Elle est centrale ! Ainsi donc le concept serait-il testé, et même déjà mis en oeuvre "grandeur nature" dans plusieurs hôpitaux français, dans le but d'accélérer le mouvement de l'hospitalisation complète vers celle, moins gourmande en ressources financières, de jour.Sauf que là où ça pourrait coincer, c'est qu'à ce jour, l'hôtel hospitalier est une structure d'hébergement non médicalisée et qu'elle ne peut donc acceuillir que des patients déjà éligibles à l'HdJ et dont l'admission est programmée (par exemple, pour des séances ou une opération de la cataracte).Les tests dans les CHU, CH, CLCC et cliniques sont évocateurs : on n'est encore loin de parler solution aval pour un patient venu par les urgences puis temporairement soignés dans un lit d'UHCD ou de médecine de spécialité, ni encore moins d'un malade opéré suite un accident puis transféré à l'hôtel en attente d'une PEC en HAD. N…

Investissement dans un hôtel hospitalier

Etant donnée la jeunesse du concept et même la jeunesse de son expérimentation, celle-ci ayant débuté en France en 2017, il est encore trop tôt pour se prononcer sur les perspectives d'investissement que permettra l'hôtel hospitalier.

Des pistes sont néanmoins aisément décelables : SCPI, financement participatif, SCI, GCS, "simple" immobilisation corporelle à l'actif d'un établissement, partenaire privé lié par convention commerciale, tout semble possible en matière de financement des futurs hôtels patients.

Nous ne manquerons pas de revenir sur le sujet.

Formes que peut prendre l'hôtel patient

On peut distinguer en France trois formes d'hôtel hospitalier :

L’hôtel intra-hospitalier : Situé intra- ou extra-muros du site de l’hôpital, en continuité physique ou séparé des services de soins, ce type d’hôtel est géré soit directement par l’hôpital qui facture le patient ou sa complémentaire santé, ou les accompagnants, soit par un gestionnaire privé lucratif ou non lucratif en marque blanche (au nom de l’hôpital) ou en association de marques. Les prestations annexes (restauration, télévision, accès à Internet, parking) sont là aussi réalisées en interne ou sous-traitées.

L’hôtel extra-hospitalier : C’est la solution la plus simple à mettre en place mais aussi celle le plus compliquée à faire vivre et celle qui peut entraîner le plus de complications pour le patient. Il est donc impératif de ne la proposer que dans le cadre des prises à faire en hôpital de jour ou ambulatoire (l’exemple-type étant les séances – CMD 28), pour des personnes dont le lieu de résidence habituel es…

Quels sont les avantages offerts par l'hôtel hospitalier ?

Les avantages générés par l'hôtel hospitalier sont en fait relativement nombreux :

Réduire et piloter plus efficacement la durée moyenne des séjours d'hospitalisation complète ;Basculer des prises en charge en hospitalisation complète vers l'hospitalisation de jour (médecine) ou l'ambulatoire (chirurgie) ;Inciter des patients géographiquement éloignés à venir se faire soigner, en particulier dans le cadre de soins itératifs rapprochés ne nécessitant pas de suivi particulier (p. ex. les séances de chimiothérapie ou de radiothérapie) ;Augmenter l'acceptabilité de la thérapie en faisant bénéficier le patient d'un cadre pré- et post-intervention plus proche de son quotidien ;Faciliter les visites des patients et améliorer le confort des accompagnants ;Réduire les coûts de prise en charge ;Augmenter le taux de sortie avant 12h, qui engendre lui-même un certain nombre d'avantages ;Organiser les sorties des patients plus âgés.

L'hôtel hospitalier ou comment accroître la qualité de service de votre établissement de santé

Les enjeux de l'hôtel hospitalier ne se situent pas seulement au niveau financier et de la prise en charge médicale. Il concerne également l'amélioration continue de la qualité globale du service offert au patient par le centre hospitalier.

L'hôtel patient : l'opportunité de comprendre ce qui plaît au patient pour spécifier la valeur du service

Le secteur de la santé est concurrentiel et évolutif. Les usages et attentes changent en permanence. Un des premiers enjeux de l'hôtellerie hospitalière est de développer l'écoute du patient par la prise en charge, lorsqu'elle est médicalement possible, de son hébergement et de ses besoins extra-médicaux. C'est l'occasion d'expérimenter des offres nouvelles et de développer une qualité d'accueil globale.

Augmenter le niveau de juste-à-temps de l'activité programmée

L'enjeu de l'hôtel hospitalier étant de limiter l'occupation des lits aux patients sous surveillance médicale directe, le co…

Le CHU de Nîmes se dote d'un hôtel patient

Image
L'hôpital Caremeau, centre hospitalo-universitaire de Nîmes, exploite désormais une Maison des Parents dotée de 9 chambres simples et doubles. Chacune des chambres dispose de tout confort : équipement audiovisuel, salle de bains et WC individuels, climatisation et Wifi.

Bien qu'existante depuis 2014, l'offre est mise en lumière par l'expérimentation nationale de 3 ans dans laquelle le CHU s'est inséré au même titre que 40 autres établissements.

Ouverte 7 jours sur 7, la structure propose des tarifs journaliers entre 33,5€ et 43,5€ hors petit-déjeuner, soit 30 fois moins que le coût d'une nuit en service chirurgical.

L'hôtel étant situé à environ 1 kilomètre de l'hôpital, des navettes gratuites font l'aller le matin et le retour le soir.